Mindhunter – une série Netflix au secours des PNJ « déviants »

Série réalisée par David Fincher, diffusée en 2017, Mindhunter aborde, de manière passionnante, un sujet qui a tout de suite attiré mon attention : les premiers pas du profilage ou de la criminologie dans la police et plus particulièrement au sein du FBI à la fin des années 70.

Le protagoniste, Holden Ford, agent spécial du FBI, est basculé sur des missions de formation après une négociation qui tourne mal avec un preneur d’otage. En perpétuel questionnement, il en vient à vouloir comprendre les passages à l’acte au point de vouloir analyser le comportement des tueurs en série. Aidé par son coéquipier – Bill Tench – dans les sessions de formation d’agents de police sur le terrain, il profite de ses semaines de déplacement, pour commencer à rencontrer directement en prison des condamnés à des crimes atroces (et parfois donner des coups de main à la police locale). Puis son travail prend de l’importance, malgré les premières oppositions hiérarchiques, et devient même scientifique avec l’apport du docteur Wendy Carr, psychologue et universitaire.

Je vous laisse le soin de découvrir cette série sur NETFLIX si vous avez la possibilité, car cela vaut le détour.

Pour information, cette histoire est tirée d’une histoire vraie. L’histoire est forcément romancée, les héros modifiés mais les meurtriers sont inspirés, avec détails, des originaux.

Quelles inspirations en tirer ? 

Sans hésitation, les tueurs et les suspects (je ne dévoile pas tout) interrogés par les agents du FBI sont de potentiels personnages non joueurs (PNJ) particulièrement pertinents. J’imagine aisément des investigateurs amenés à pousser les portes de l’asile d’Arkham ou d’un pénitencier quelconque pour se trouver confrontés à des individus comme ceux présentés dans cette série.

Je n’ai pas l’intention de tout dévoiler, mais ces tueurs sont inquiétants tout en étant fascinants. La manière dont ils se comportent (forcément avec des différences comportementales dans le rapport aux faits commis) lors des interviews est un bon truc pour une partie. Souvent les entretiens sont sous tension, chaque question posée peut entraîner une réponse intéressante ou mettre fin à l’entretien. Cela peut vraiment donner des scènes de jeu de rôle mémorables.

Kemper, le premier sujet d’étude. Un personnage particulièrement flippant dépourvu d’empathie pour ses victimes et presque amical avec les héros…

Parlons également des protagonistes, pour lesquels les confrontations à toutes ces histoires atroces commencent à avoir un impact certain sur leur vie et leur santé mentale.

Le héros, joué par Jonathan Groff, en apparence inébranlable mais rapidement rattrapé par la réalité, ne m’inspire pas vraiment. On s’identifie aisément à lui, sa ténacité est remarquable, mais de là à en faire un personnage de JDR, c’est autre chose.

Par contre, je trouve beaucoup plus enviable le rôle du vieux coéquipier, campé par Holt McCallany, en apparence rustre mais à l’instinct redoutable, confronté à ses difficultés familiales et conscient de ses limites. Aussi, la doctoresse brillante et particulièrement glaciale, qui surjoue son personnage dans le contrôle absolu pour mieux se protéger est joué de façon admirable par l’actrice australienne Anna Torv, déjà vue dans la série Fringe. Même Shepard (Cotter Smith) le vieux patron aigri et vieux jeu du FBI ferait un bon PNJ retors.

Résultat de recherche d'images pour
Les trois mousquetaires (mais où est Dartagnan? C’est peut être le chef Shepard, allez savoir…)

Ce sont les ambivalences de tous ces personnages nuancés qui en font l’intérêt. Je pense que c’est la leçon à retirer sans doute de cette 1ère saison, un personnage (PJ ou PNJ) doit avoir ses forces, mais aussi ses faiblesses et contradictions pour être digne d’intérêt. 

Il est donc indiqué, que dis-je nécessaire de tirer le meilleur de cette série pour nourrir vos futures parties de JDR contemporain.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s