CALLIOPÉ JDR – un jeu de rôle épique en financement participatif – Interview

L’atelier des hecantonchires signe un « jeu d’aventures mythiques et mythologiques », actuellement en financement participatif sur Ulule.

Un des auteurs – Florian Óskmær alias Florian Lafosse – m’a contacté ; s’en sont suivies des questions frénétiques de votre serviteur, suivies de réponses passionnées d’un des pères de ce jeu. Les illustrations dans cet échange sont issues de la page de financement accessible ici (ou en cliquant sur l’image ci-dessous). J’y adjoins également la page facebook : https://www.facebook.com/lesseptrois/ et précise que les créateurs proposent des parties tests en ligne.

L’équipe de « l’atelier des hecantonchires » est composée de : Sacha Joubert, Trickytophe, Florian Lafosse, Yann Lieby, Victor San Lopez. Leurs CV rôlistes sont accessibles sur la page du projet.

Florian Óskmær : « Avec des amis (déjà à l’origine les 7 Rois), nous lançons une souscription sur Ulule pour notre prochain JDR nommé Calliopé (…).

Il s’agit d’un JDR épique qui fonctionne avec une système inédit basé sur des cartes à jouer classiques. Les joueurs y incarnent des Appelés du Destin qui, dans un monde fantastique et sans dieux, tentent de maintenir l’humanité dans un certain dynamisme pour éviter la stagnation. Nous travaillons sur ce livre depuis environ 3 ans.  C’est un projet indépendant, le manuscrit étant finalisé, illustré, maquetté, etc. De même pour les aides de jeu comme le jeu de cartes dédié, et un compteur de points.  Ainsi, si la souscription est réussie, tout sera livré assez rapidement. »

L’appel du JDR : « D’où vous est venue cette idée d’un système de cartes à jouer, c’est assez inhabituel ? »

Florian Óskmær : « Les cartes étaient au début juste une fantaisie, une tentative pour sortir des habitudes et voir ce que ça donnait. Les tests ont été tout de suite concluants. Les joueuses et joueurs reconnaissaient que la sensation était très différente par rapport aux dés (plus « arbitraire » du fait de ne pas pouvoir se croire impactant sur le lancer de dé) et en même temps plaisante, alors même que d’un point purement statistique cela revenait au même.

D’où est venue ensuite l’idée que les joueuses et joueurs incarnent des envoyés du Destin avec la possibilité de réécrire l’histoire en ignorant de temps en temps un tirage néfaste. »

L’appel du JDR : « Aussi, je me demande si le système se veut plutôt narratif, ou plutôt « simulationniste » ? Les joueurs évoluent-ils dans un mode de jeu qui se veut héroïque, spectaculaire ou plutôt à un niveau plus humain ? »

Florian : En peaufinant et en épurant le système au sein de nombreuses parties en conventions ou à la maison ou en association avec différents MJs, on a fini par atteindre un niveau d’élégance et de simplicité qui nous satisfaisait pleinement. La difficulté va de 1 à 10 et il suffit donc de tirer une carte de valeur supérieure ou égale pour réussir.

Le petit twist c’est que la couleur influe également sur l’interprétation du tirage. Les couleurs rouges occasionnent une conséquence heureuse inattendue tandis que les noirs occasionnent une conséquence néfaste, qu’il s’agisse au préalable d’un échec ou d’une réussite.

Cela permet de gérer n’importe quelle situation tout en offrant de nombreuses possibilités de résolution. Là est d’ailleurs toute la difficulté pour le MJ dans ce jeu, celle d’interpréter de manière intéressante ces nombreux résultats possibles plus compliqués qu’à l’ordinaire car non binaires. C’est pourquoi nous encourageons les joueuses et joueurs à aussi donner leurs avis sur l’interprétation. C’est en ce sens que nous qualifions notre jeu de narratif.

D’autant plus qu’il n’y a pas de données chiffrées pour les personnages joueurs ou non. Seuls des descripteurs les caractérisent et leur permettent, quand cela est pertinent à l’appréciation de la table, d’obtenir des bonus qui vont gonfler la valeur de la carte tirée.

L’appel du JDR : « Ce monde fantastique que vous décrivez se situe dans un autre monde ? »

Florian : L’univers de Calliopé est effectivement différent du nôtre puisque les divinités de nos panthéons sont nées sur Calliopé mais en ont été exilées. Cela permet d’imaginer un monde qui serait un fantastique melting-pot de toutes nos civilisations anciennes où se croisent toutes les mythologies.

L’idée est de permettre à un MJ d’imaginer très facilement et rapidement un cadre de jeu en accord avec ses goûts et ceux de sa table. Ambiance guerrière sur fond de sang, de boue et de pillage avec des vikings, voyage initiatique et mystérieux sur fond de légendes chinoises, exploration dangereuse dans un labyrinthe grec, tout est possible.

Nous fournissons bien entendu des cités, des idées d’intrigues ainsi que des scenarii dans le livre afin que n’importe qui puisse se lancer sans faire ce travail préliminaire mais nous voulions nous fermer aucune porte. D’ailleurs, dans le même esprit narratif et libre, les scenarii sont présentés non de manière linéaire mais davantage comme des cadres de mini-campagne.

L’appel du JDR :  » Votre projet est intrigant et un peu mystérieux dans sa description, c’est bon signe, çà donne envie d’en savoir plus. De plus, présenter un produit presque fini est inhabituel, avez-vous également envisagé l’auto-édition ? Enfin, vous avez un illustrateur maison ou avez-vous avancé des frais ? Et pourquoi Ulule plus qu’une autre plateforme ?

Florian : « Concernant la réalisation du livre, nous faisons partie des gens qui détestons attendre des années pour recevoir les contreparties d’un financement participatif. Comme pour notre premier projet, nous arrivons avec un produit fini à 99 % afin de pouvoir livrer dans les meilleurs délais dès la fin de la campagne si elle s’avère être une réussite. Les illustrateurs ont ainsi été rémunérés avec les bénéfices du premier projet et parfois avec des avances sur nos fonds propres.

L’auto-édition par le financement participatif nous semblait une évidence puisque ce projet comme celui d’avant reste un délire de copains. On voulait le faire selon nos envies et sans autre contrainte que celles qu’on voulait bien s’imposer. Le propos n’est pas de se laisser aller à un amateurisme qui serait gage d’une qualité médiocre mais de pouvoir par exemple se donner le temps qu’on voulait (ici 4 ans) et ne pas se soucier des tendances du marché.

Le choix de la plate-forme Ulule est somme toute assez arbitraire. A l’époque de premier projet, il n’y avait alors qu’Ulule pour la francophonie en mettant de côté Kickstarter. Depuis d’autres acteurs sont apparus mais nous avons fait le choix de rester fidèle à cette première plate-forme avec qui nous avions apprécié le contact. »

L’appel du JDR : « Je me pose deux questions : celle du ou des illustrateurs ? Je me demande aussi comment vous vous êtes partagés le travail en écrivant à plusieurs ? C’est en tout cas très intrigant. Finaliser ce type de projet doit être très gratifiant.

Florian : « Concernant l’écriture à plusieurs mains, cela a été assez simple. Sacha a rédigé le gros du texte et a ensuite soumis son travail à Trickytophe. Ce dernier, grâce à un fichier texte en ligne, a pu annoter, corriger, reprendre et repréciser les passages qui en avaient besoin. Le reste s’est fait sur la base du dialogue avec tout de même le dernier mot qui revenait à Sacha.

Concernant les illustrations, nous avons eu la chance de rencontrer Yann Lieby, qui nous a fourni une bonne partie des illustrations. J’ai déterminé avec lui une liste de scènes qu’ils étaient nécessaires de mettre en images, en lui laissant donnant les grandes lignes, les éléments ou moments ou éléments clés du livre. Nous avons par la suite collaboré avec d’autres illustrateurs pour compléter le livre. D’ailleurs, toutes les illustrations appartiennent à leur auteur, au titre du droit d’auteur. Et oui, c’est gratifiant de pouvoir publier son jeu de rôle, mais ça reste un sacré travail ! Et le financement participatif reste une période un peu tendue malgré tout. »

Bref, vous l’aurez compris, voici un projet de passionnées enthousiastes qu’il vous faut aller voir de toute urgence sur la page dédiée. Ami lecteur, tu peux aussi cliquer sur l’image du livre pour atteindre le projet.

SHÉCATONCA ES

2 réflexions sur “CALLIOPÉ JDR – un jeu de rôle épique en financement participatif – Interview

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s